Histoire de lignes oubliées...

Ligne d'Ambérieu à Montalieu-Vercieu

Caractéristiques de la ligne

Type : Intérêt local (30/03/1867) puis intérêt général (20/11/1883)
Ecartement :Voie normale
Longueur :17,755 km
Numéro de la ligne :889 000
Nombre de voies :Voie unique
Déclivités maximales :17 mm/m vers Montalieu, 16 mm/m vers Ambérieu
Concessionnaires : MM. Lazare Mangini et fils (30/03/1867)
Compagnie du chemin de fer de la Dombes (30/03/1867)
Compagnie des Dombes et des chemins de fer du Sud-Est (07/05/1872)
Compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (20/11/1883)

Principales dates

Déclaration d'utilité publique :
Ambérieu - Montalieu-Vercieu :30/03/1867
Concession :
Ambérieu - Montalieu-Vercieu :01/06/1866, approuvée le 30/03/1867
Ouverture :
Ambérieu - Montalieu-Vercieu :05/09/1875
Fermeture aux voyageurs :
Ambérieu - Montalieu-Vercieu :01/06/1937
Fermeture aux marchandises :
Villebois - Montalieu-Vercieu :fin 1952 (1)
Lagnieu - Villebois :vers 1989 (le 14/09/2006 par RFF) (2)
Déclassement (3) :
Villebois - Montalieu-Vercieu (15,924 - 17,755) :12/11/1954
Section à Villebois (15,769 - 15,924) :19/10/1967
Dépose des voies :
Lagnieu - Villebois :printemps 2013
Villebois - Montalieu-Vercieu :inconnue
Etat actuel de la ligne :
Ambérieu - Lagnieu :service machandises
Lagnieu - Montalieu-Vercieu :déposée (4)
  1. L'exploiration de cette section est reprise les Chemins de fer de l'Est de Lyon suite à la destruction du viaduc sur le Rhône en juin 1940.
  2. La section Lagnieu - Villebois (7,000 - 15,969) a été fermée par RFF le 25 février 2002. Cette décision a été annulée le 14 septembre 2006 par RFF qui, à nouveau, a prononcé la fermeture de cette section le même jour.
  3. La section Lagnieu - Villebois (7,000 - 15,969) a été retanchée par décret du 14 décembre 2002. Ce décret a été annulé le 28 septembre 2004 par le Conseil d'Etat.
  4. Une partie de la section entre le pont sur le Rhône et Montalieu-Vercieu a été réutilisée par le Chemin de fer du Haut-Rhône (voie de 60 cm).

Les gares

Ambérieu (0,000) > Ambutrix (2,45x) > Vaux-en-Bugey (3,966) > Lagnieu (6,210) > Saint-Sorlin-Vertrieu (9,220) > Sault-Brénaz (13,262) > Villebois (15,755) > Montalieu-Vercieu (17,755)

Profil de la ligne

Profil de la ligne Ambérieu - Montalieu-Vercieu

Historique

La ligne d'intérêt local d'Ambérieu à Montalieu est ouverte à la fin de l'été 1875 par la Compagnie des Dombes et des chemins de fer du Sud-Est (DSE) afin de desservir les nombreuses carrières présentes le long du Rhône. Isolée du reste de son réseau, la compagnie dispose au départ d'Ambérieu d'une gare distincte de celle du PLM dont les installations sont agrandies afin d'absober le trafic supplémentaire attendu. En 1882, la Compagnie du Chemin de fer de l'Est de Lyon (CFEL) ouvre une ligne d'intérêt local à voie normale permettant de rejoindre Montalieu à la gare de Lyon Part-Dieu. Un raccordement dit de « Montalieu-Transit » est établi entre les deux gares. En 1883, la compagnie DSE est rachetée par le PLM et la ligne reclassée d'intérêt général.

La ligne prend naissance en gare d'Ambérieu où elle franchit l'Albarine sur un pont en maçonnerie. Obliquant vers le Sud, elle coupe la RD5 par un passge à niveau, puis s'élève le long des contreforts du Bugey par une rampe de 17 mm/m jusqu'en gare de Vaux, point culminant de la ligne. Une longue déclivité de 16 mm/m ramène le tracé vers les bords du Rhône avant d'entrer en gare de Sault-Brénaz, où aboubit la ligne à voie normale du Chemin de fer du Haut-Rhône (HR), prolongée ultérieurement (en 1922) vers le treminus du tramway de La Balme en provenance de Lyon. La ligne continue jusqu'à Villebois où elle franchit le Rhône par un viaduc métallique à trois travées. Changeant de département, elle rejoint finalement la gare de Montalieu-Vercieu qui dispose d'une petite plaque tournante pour le retournement des machines.

La desserte voyageurs a peu varié au fil des années, se maintenant à quatre mouvements quotidiens omnibus ou mixtes, en correspondance très détendue à Sault-Brénaz avec le HR et à Montalieu avec le CFEL. Le trafic marchandises bénéficie d'un tonnage important, alimenté par les différentes carrières et les produits agricoles. La traction est assurée par des locomotives-tenders de la DSE basées à Ambérieu de type 120T ou 030T. A la reprise de l'exploitation par le PLM, le matériel moteur et remorqué d'origine est remplacé progressivement par des séries unifiées du grand réseau. Certaines machines nécessitent d'être découplées de leur tendeur pour être retourner sur la plaque de Montalieu, solution peu pratique qui conduit parfois à rentrer sur Ambérieu tendenr en avant.

En 1910, la gare DSE d'Ambérieu est détruite, puis l'origine de la ligne est reportée à l'extrémité du faisceau marchandises « départ » du triage, entrainant à la suppression du PN1. L'amorce de la ligne restera utilisée comme tiroir de manoeuvre.

La faible fréquentation de la ligne entraine le report du service voyageurs sur route en juin 1937. Le 19 juin 1940, le viaduc sur le Rhône est détruit par le génie français afin de freiner l'avancée allemande, isolant la gare de Montalieu du reste du réseau national. En attendant la reconstruction de l'ouvrage, la SNCF signe une convention le 18 novembre 1940 avec le CFEL pour assurer l'exploitation de cette section entre le viaduc et la gare de Montalieu qui comprend notamment la desserte des carrières de Porcieu. La reconstruction du viaduc est finalement abandonnée et face à la chute du trafic en provenance des carrières, cette section est fermée en 1952 puis déclassée deux ans plus tard.

Sur le reste de la ligne, le trafic des marchandises, alimenté principalement par des produits de carrières et matériaux de construction, perdure jusqu'en 1989, date de fermeture de la ligne entre Lagnieu et Villebois. Après plusieurs batailles juridiques au cours des années 2000, cette section est officiellement fermée en 2006 et déposée au printemps 2013 afin de réaliser une voie verte. La desserte jusqu'à Lagnieu reste assurée pour l'usine Saint-Gobain, spécialisée dans la production de pots en verre pour l'industrie alimentaire.

Bibliographie

Mise à jour : 30 mars 2014