Histoire de lignes oubliées...

Informations sur l'historique des lignes

Caractéristiques des lignes

Dénomination des lignes

La dénomination utilisée d'une ligne est celle qui était en vigueur lorsque cette dernière avait son développement maximal. Certaines lignes ont vu leur dénomination modifiée au fur et à mesure des fermetures de certaines de leurs sections ou suite à des réorganisations. Sauf cas particulier, il n'en est pas fait mention dans l'historique des lignes.

Type

Cette mention indique le statut de la ligne étudiée : intérêt local ou intérêt général. Lorsque la ligne a changé de statut au cours de son histoire, la date de ce changement est mentionnée. Il s'agit de la date de la loi ou du décret ayant pronconcé cette décision, repris dans la bibliographie.

Ecartement

Il s'agit de l'écartement de la voie ferrée mesuré entre les bords intérieurs des deux files de rail. L'indication « Voie normale » se réfère à l'écartement standard (1435 mm), « Voie métrique » à l'écartement d'un mètre (1000 mm). Dans le cas d'utilisation d'un autre écartement, celui-ci est explicitement indiqué.

Longueur

La longueur d'une ligne est définie subjectivement comme la distance entre l'axe du bâtiment-voyageurs de la gare d'origine et l'axe du bâtiment-voyageurs de la gare d'arrivée (différence entre les points kilométriques). Ainsi, dans le cas d'une ligne en cul-de-sac, la distance entre le bâtiment-voyageurs de la gare d'arrivée et le heurtoir du bout de la ligne n'est pas incluse dans la distance totale. De même, les rectifications de tracé qui ont entrainé un décalage des points kilométriques ne sont pas prises en compte. Il est d'ailleurs à noter que les outils de mesure à l'époque de la construction des lignes ne permettaient pas d'avoir des distances très précises pour la détermination des points kilométriques.

Dans le cas d'une ligne transfrontalière et sauf indication contraire, la longueur est définit comme la distance entre l'axe du bâtiment-voyageurs de la gare d'origine et la frontière.

Nombre de voies

Il s'agit du nombre de voies que possède la ligne, hors voies d'évitement dans le cas d'une ligne à voie unique. Lorsque la ligne a été mise à double voie ou à voie unique (même de manière partielle), la date de mise en service de cette nouvelle disposition est indiquée, avec si besoin mention de la section concernée.

Numéro de la ligne

Il s'agit du numéro officiel de la ligne telle qu'il apparaît dans les inventaires de SNCF Réseau. Lorsqu'une modification de la numérotation d'une ligne est intervenue, la numérotation historique est retenue, avec mention du nouveau numéro (et éventuellement de la nouvelle dénomination de la ligne) dans les commentaires.

Déclivités maximales

Les déclivités maximales dans chaque sens de circulation sont extraites directement des profils en long des lignes étudiées.

Concessionnaires

Ce paragraphe reprend tous les concessionnaires successifs d'une ligne jusqu'à sa reprise par la SNCF (le 1er janvier 1938 pour les lignes d'intérêt général). La SNCF, puis Réseau Ferré de France (RFF) et SNCF Réseau ne sont donc pas mentionnés, d'autant plus que dans ces deux derniers cas ces EPIC sont propriétaires et non concessionnaires du réseau. Les dates, si indiquées, correspondent à celles du changement de concessionnaire.

Il est à noter que dans le cas des lignes exploitées par l'Administration des chemins de fer de l'Etat, la notion de « concessionnaire » est abusive puisque la ligne n'était pas concédée puisque directement exploitée par l'Etat.

Gares et points kilométriques

Les gares répertoriées sont celles qui furent ouvertes à la desserte voyageurs au cours de l'histoire de la ligne. Les gares construites postérieurement à l'ouverture sont donc reprises, sauf oubli, dans l'historique des lignes. Les points kilométriques correspondent à ceux de l'axe des bâtiments-voyageurs. Ils sont issus, pour la plupart d'entre-eux, de l'Encyclopédie Géographique des lignes de la SNCF, ou de diverses sources : Internet, livres, profils des lignes, etc.

Principales dates

Déclaration d'utilité publique

Les dates de déclaration d'utilité publique des lignes sont celles des lois ou décrets ayant prononcé ces décisions. Lorsque ces dates ont été vérifiées, la loi ou le décret en question est mentionné dans les sources.

Concession

La concession des lignes de chemins de fer aux compagnies étaient généralement faite en deux étapes. En premier lieu, une convention de concession était signée entre le Ministre des Travaux Publics, représentant de l'Etat, et la compagnie concernée (ou une ou plusieurs personnes physiques lorsque la compagnie était formée à postériori) pour la concession d'une ou plusieurs lignes. En second lieu, cette convention était approuvée par une loi ou un décret. Lorsque la déclaration d'utilité publique de la ou des lignes concernées n'étaient pas encore prononcées, la concession était passée « à titre éventuel ». La déclaration d'utilité publique rendait la concession définitive. Par ailleurs, les dispostions financières contenues dans les conventions de concessions qui engageaient l'Etat (subventions, etc.), étaient généralement approuvées séparément par une loi ou un décret. Ces derniers ne sont pas repris.

Les lignes ouvertes et exploitées directement par l'Administration des chemins de fer de l'Etat n'ont, bien entendu, pas fait l'objet d'une concession. Avant la constitution de ce réseau, un loi ou un décret autorisait l'Etat à exploiter provisoirement la ligne concernée avant son éventuelle concession à une compagnie.

Les compagnies se sont par ailleurs engagées à accepter, au travers de certaines conventions de concession, les lignes qui leurs seraient concédées par l'administration jusqu'à concurrence d'un certain linéaire. Les lignes concernées étaient désignées à postériori par une loi ou un décret.

Dans le cas des lignes d'intérêt local, les conventions de concession étaient signées avec les départements, généralement représentés par le Préfet, avant approbation par une loi ou un décret.

Les tableaux mentionnent les deux dates : la première est celle de la signature de la convention de concession ; la seconde celle de la loi ou du décret ayant approuvé ladite convention.

Ouverture

La date d'ouverture d'une ligne est celle du premier jour de son exploitation. Lorsque la ligne n'a pas été ouverte en même temps aux voyageurs et aux marchandises, les deux dates d'ouverture sont mentionnées.

Fermeture aux voyageurs

La date de fermeture d'une ligne au trafic voyageurs est, selon les sources, soit celle du jour de la dernière circulation voyageurs, soit celle du lendemain (premier jour de l'arrêt du trafic). Quelques mois ou années après la fermeture, des trains de voyageurs ont été rétabli temporairement sur certaines lignes au cours de la seconde guerre mondiale suite à la défaillance des services routiers de substitution. Lorsque cette information est connue, il en est fait mention dans les notes de la ligne.

Dans certains cas, la desserte voyageurs a été totalement transférée sur route à titre d'essai, ce transfert n'étant officialisé et rendu définitif que plus tardivement après quelques mois ou années d'expérience. Dans ce cas, la date de fermeture est celle de l'arrêt des trains de voyageurs, la date « officielle » étant mentionnée dans les notes de la ligne.

Fermeture aux marchandises

La date de fermeture d'une ligne au trafic marchandises, qui correspond dans la majorité des cas avec celle de la fermeture de la ligne (les dessertes voyageurs ayant généralement été abandonnées antérieurement), a évolué au fil des époques et peut donc correspondre à différents critères :

Déclassement / Retranchement

Voir la page Déclassements et retranchements de lignes et sections de lignes de chemin de fer pour obtenir des renseignements à ce sujet.

Dépose des voies

La dépose des voies consiste à retirer de la plateforme les rails et traverses de la voie ferrée. Le ballast, d'une qualité souvent médiocre au moment de l'abandon de la ligne, était généralement laissé en place. Il en était parfois de même pour les traverses en bois lorsque celles-ci n'étaient pas réutilisables ou revendables (revente, rappelons-le, aujourd'hui interdite).

Les dates de dépose des voies proviennent généralement d'informations contenues dans les livres mentionnés dans la bibliographie des lignes ou trouvées sur Internet. Celles-ci sont parfois estimées, avec une précision toute relative, en comparant des cartes Michelin identiques à différentes époques. Lorsque les dates sont connues approximativement, elles sont précédées du mot « vers », ce qui permet de localiser la période de dépose en attendant des informations complémentaires.

Etat actuel de la ligne

Cette partie permet de connaître l'état actuel des lignes abandonnées. Lorsque la plateforme est partiellement ou totalement réutilisée, à l'exception pour une route, il en est fait mention : train touristique, vélo-rail, voie verte, etc.

Mise à jour : 18 septembre 2016