Histoire de lignes oubliées...

Ligne du Pouzin à Privas

Caractéristiques de la ligne

Type :Intérêt général
Ecartement :Voie normale
Longueur :21,109 km
Numéro de la ligne :804 000
Nombre de voies :Voie unique
Déclivités maximales :15 mm/m dans les deux sens
Concessionnaire :Compagnie des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée

Principales dates

Déclaration d'utilité publique :
Le Pouzin - Privas :03/08/1859
Concession :
Le Pouzin - Privas :11/04/1857, approuvée le 19/06/1857 (1)
Ouverture :
Le Pouzin - Privas :17/02/1862 (marchandises)
Le Pouzin - Privas :01/03/1862 (voyageurs)
Fermeture aux voyageurs :
Le Pouzin - Privas :05/12/1938 (2)
Fermeture aux marchandises :
Section terminale à Privas :24/09/1989
Chomérac - Privas :inconnue
Le Pouzin - Chomérac :31/05/1994
Déclassement / Retranchement :
Section à Privas (658,900 - 661,978) :10/11/1989 (déclassement)
Le Pouzin - Privas (640,962 - 658,900) :15/04/2002 (retranchement)
Le Pouzin - Privas (640,962 - 658,900) :26/05/2008 (déclassement) (3)
Dépose des voies :
Section terminale à Privas :mars 1991
Le Pouzin - Privas :mai/juin 2005
Etat actuel de la ligne :
Le Pouzin - Privas :déposée (4)
  1. Cette convention a été modifiée par les conventions du 22 juillet 1858 et 11 juin 1859, approuvées par décret impérial du 11 juin 1859.
  2. Un service voyageurs sera rétabli du 24 février 1943 au 8 octobre 1950 par l'ajout d'une voiture au train de marchandises quotidien.
  3. Ce déclassement a été annulé en novembre 2010 par le tribunal administratif de Lyon suite à la saisie de la FNAUT, jugement confirmé le 3 novembre 2011 par la Cour administrative d’appel de Lyon.
  4. Une voie verte est en cours d'aménagement sur la commune de Saint-Lager-Bressac sur environ 7 km.

Les gares

Le Pouzin (640,765) > Bifurcation (640,962) > Saint-Lager-Bressac (647,5xx) > Chomérac (652,548) > Allissas (656,3xx) > Saint-Priest (660,3xx) > Privas (661,874)

Histoire

La construction d'un embranchement reliant Privas à l'artère Lyon - Marseille est envisagée dès le début du Second Empire (la ligne de la rive droite du Rhône n'existant pas encore à cette époque) afin d'écouler vers la vallée du Rhône les productions agricoles et textiles du haut pays ardéchois, tout en transportant à moindre frais le minerai de fer des gisements de Privas vers les hauts-fourneaux établis en bordure du Rhône au Pouzin et à La Voulte. En 1855, une première proposition dans ce sens est faite par le président de la Compagnie du Chemin de fer de Saint-Rambert à Grenoble, mais c'est finalement le P.L.M. qui obtiend par décrêt du 19 juin 1857 la concession d'un double embranchement de « Privas à Crest » se raccordant à la ligne principale à Livron. Les travaux sont entrepris au mois d'octobre 1859 et permettent l'ouverture de cette première antenne touchant la rive droite du Rhône le 17 février 1862 aux marchandises, et le 1er mars suivant aux voyageurs.

Livron - Privas : Horaires d'été 1895

A l'origine, la ligne est parcourue par trois omnibus quotidiens donnant corespondance à Privas avec des voitures de poste à chevaux pour Aubenas. Le trafic marchandises est quant à lui très fourni avec en autre les expéditions de minerai de fer vers les fonderies du Pouzin et de la Voulte ou la gare de Livron, ces dernières expédiant également leurs produits finis par cette ligne. L'ouverture de la ligne de la rive droite du Rhône, en 1876 pour la partie Sud entre Le Pouzin et Nîmes et en 1879 pour la partie Nord entre Givors et La Voulte, facilitera d'autant plus les échanges de ces produits, mais la concurrence provoquera le déclin de cette industrie.

Livron - Privas : Horaires d'été 1906

A la veille de la première guerre mondiale, le service voyageurs comporte six omnibus Livron - Privas et un Livron - La Voulte. Le 1er mars 1934, un service mixte rail/route est mis en place, ne laissant subsister qu'un omnibus et un messagerie Livron - Privas, auxquels s'ajoutent les trains transitant entre Livron et Le Pouzin. Le 5 décembre 1938, la desserte voyageurs est abandonnée entre Le Pouzin et Privas au profit de la route. A cette occasion, le maire de Privas se félicitera ouvertement de l'opération...

Pendant la seconde guerre mondiale, compte tenu des carences du service routier, des voitures sont adjointes au train de marchandises quotidien afin d'éviter l'isolement de Privas. Ce service provisoire introduit le 24 février 1943 se poursuit encore quelques années après la libération pour prendre fin le 8 octobre 1950. La desserte marchandises est assurée depuis lors par un simple train quotidien à traction Diesel jusqu'à Privas, parfois renforcé par un mouvement facultatif pour Chomérac.

En 1969, la section Livron - La Voulte perd ses derniers trains voyageurs avec la suppresion de la liaison Valence - Lalevade-d'Ardèche. En 1973, c'est au tour de la ligne de la rive droite du Rhône d'abandonner ce service. Le croisement à niveau en gare de La Voulte-sur-Rhône est supprimé à l'occasion de l'électrification de cette dernière (avec la section Livron - Le Pouzin) au profit d'un raccordement direct.

La desserte de Privas est abondonnée au milieu des années 1980 et la voie déposée jusqu'à l'entrée de la ville. La gare de Chomérac continue d'avoir également un petit trafic marchandises comme centre d'échange rail/route. Le trafic se réduisant, la ligne est finalement fermée entre Le Pouzin et Privas en 1994. Retranchée en 2002, cette section sera déposée entre mai et juin 2005 avant d'être déclassée en mai 2008 (déclassement annulé par le tribunal administratif de Lyon en novembre 2010).

La plateforme a depuis été réutilisée pour faire passer un réseau de fibres optiques entre Le Pouzin et Privas. La réouverture de cette ligne est envisagée dans les projets à long terme de la région Rhône-Alpes (horizon 2030). Utopique diront certains...

Photographies

Des photographies des vestiges de la ligne prises en juin 2005 lors de la dépose de la voie sont disponibles dans la galerie. D'autres photographies de la ligne, prises en 1988 lorsqu'elle était encore en exploitation, sont présentées ci-dessous (avec l'aimable autorisation d'Alexis Garnier).

Près de l'ancienne gare d'Alissas (Laurent Manoha, 1988) Sur le viaduc d'Alissas (Laurent Manoha) Gare de Privas (Laurent Manoha, 1988) Sur le chemin du retour, après avoir récupéré des wagons à Chomérac (Laurent Manoha, 1988)

Sites à visiter

Bibliographe

Mise à jour : 8 juin 2013